Publications

Une étude monocentrique descriptive en Algérie d’adultes atteints de thrombose veineuse cérébrale.

Les patients atteints de thrombose veineuse cérébrale (CVT) présentent souvent des symptômes lentement progressifs, entraînant un retard de diagnostic. Le but de notre étude monocentrique était de mettre en évidence les modèles cliniques et les caractéristiques étiologiques de la CVT, et de montrer l’impact du retard diagnostique sur le pronostic chez les adultes algériens.Des données rétrospectives et prospectives de patients avec une TVC confirmée radiologiquement ont été collectées sur une période de 10 ans à l’unité d’urgence neurovasculaire de l’hôpital Salim Zemirli d’Alger. Les manifestations ont été classées par syndrome clinique. Tous les patients ont reçu de l’héparine non fractionnée immédiate à une dose d’hypocoagulant. Une recherche étiologique ciblée systématique pour la CVT a été réalisée avec identification des risques acquis et génétiques.The study included 28 patients, median age 32 years. Median time to diagnosis was 11 days. The most common clinical features were headache (79%), focal neurological deficit (48%), seizures (33%), and mental status changes (26%). The superior sagittal and transverse sinuses were most commonly involved. Important predisposing factors included local infection (31%), puerperium (14%), oral contraceptive pill use (11%), Behçet disease (11%) and thrombophilia (18%). Short-term outcome was favorable in a majority of patients, but vision lost was noted in three because of delayed diagnosis.Dans un seul centre d’Alger, la CVT s’est produite essentiellement chez les jeunes femmes. La plupart des patients présentaient une hypertension intracrânienne aiguë avec maux de tête comme signe cardinal. Les sites de thrombose les plus courants étaient les sinus sagittaux transversaux et supérieurs. Les causes acquises étaient principalement l’infection, la puerpéralité et les contraceptifs oraux. La carence en protéine S était notable. Le résultat a été favorable chez la plupart des patients, sans séquelles. Le pronostic de la CVT dépend de manière décisive d’un diagnostic précoce et d’un traitement anticoagulant immédiat à l’héparine.


Activité antimicrobienne à large spectre de Streptomyces dérivé des zones humides sp. ActiF450.

L’incidence accrue des infections invasives et le problème émergent de la résistance aux médicaments, en particulier pour les molécules couramment utilisées, ont incité à rechercher de nouveaux agents microbiens sûrs et plus efficaces. Les actinomycètes provenant d’habitats inexplorés apparaissent comme une source prometteuse de nouveaux composés bioactifs avec un large éventail d’activités biologiques. Ainsi, la présente étude visait à isoler les actinomycètes dérivés des zones humides efficaces contre les principaux champignons et bactéries pathogènes. Des échantillons d’eau ont été prélevés à divers endroits du lac Fetzara, Algérie. Par la suite, un actinomycète désigné ActiF450 a été isolé en utilisant un milieu amidon-caséine-gélose. Le potentiel antimicrobien de l’actinomycète nouvellement isolé a été examiné en utilisant la méthode conventionnelle des cylindres d’agar sur gélose de pomme de terre dextrose (PDA) contre divers pathogènes fongiques et bactériens. Un Streptomyces sp. Dérivé des zones humides . Actif450 a été identifié comme Streptomyces malaysiensis sur la base de ses propriétés physiologiques, de ses caractéristiques morphologiques et de l’analyse de la séquence du gène de l’ADNr 16S. L’activité antimicrobienne de Streptomyces sp. ActiF450 a montré une activité puissante et à large spectre contre une gamme d’agents pathogènes fongiques humains, y compris les moisissures et les levures, telles queArthroderma vanbreuseghemii, Aspergillus fumigatus, A. niger, Candida albicans, C. glabarta, C. krusei, C. parapsilosis, Fusarium oxysporum, F. solani, Microsporum canis, Rhodotorula mucilaginous et Scodapulariopsis candida . De plus, une activité antibactérienne élevée a été enregistrée contre les staphylocoques pathogènes. Le nouveau Streptomyces sp. ActiF450 pourrait présenter un candidat prometteur pour la production de nouveaux composés bioactifs avec une activité antimicrobienne à large spectre.


Composés phénoliques d’une espèce algérienne endémique d’Hypochaeris laevigata var. hipponensis et enquête sur les activités antioxydantes.

: Hypochaeris laevigata var. hipponensis (Asteraceae) est une plante endémique d’ Algérie . Dans la présente étude, nous avons analysé pour la première fois sa composition chimique, en particulier les constituants phénoliques du dichlorométhane (DCM), l’acétate d’éthyle (EA) et les fractions de n-butanol (BuOH) des parties aériennes d’ Hypochaeris laevigata var. hipponensispar chromatographie liquide-spectrométrie de masse (LC-MS / MS). Le nombre de composés phénoliques détectés dans les fractions DCM, EA et BuOH s’est avéré être respectivement de 9, 20 et 15. Plus précisément, 12 acides phénoliques ont été détectés. Parmi eux, l’acide quinique, l’acide chlorogénique et l’acide caféique étaient les plus abondants. Pendant ce temps, seuls sept flavonoïdes ont été détectés. Parmi eux, la rutine, l’apigétrine et l’isoquercitrine étaient les principaux. Nous avons également déterminé les teneurs totales en phénols et en flavonoïdes, et la fraction EA a montré les valeurs les plus élevées, suivies des fractions BuOH et DCM. De plus, l’action antioxydante a été dictée par cinq méthodes et les fractions végétales testées ont démontré une action antioxydante remarquable.


Association des marqueurs de la polyarthrite rhumatoïde chez les lupiques. S’agit-il d’un rhupus?

Les anticorps anti-peptides cycliques anti-citrullinés (ACPA) étaient initialement considérés comme très spécifiques pour le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et peuvent prédire le pronostic de la maladie. Cependant, ces anticorps peuvent être détectés dans d’autres maladies auto-immunes, y compris le lupus érythémateux disséminé (LED), dont la manifestation la plus courante est l’arthrite inflammatoire, que l’on retrouve souvent dans la polyarthrite rhumatoïde à un stade précoce. Le but de notre étude est d’évaluer la prévalence des anticorps ACPA et d’analyser les profils de leurs associations avec des auto-anticorps spécifiques au lupus, afin de rechercher un possible syndrome de chevauchement de rhupus chez nos patients. Il s’agit d’une étude rétrospective, réalisée à l’unité d’immunologie, au CHU de Blida, Algérie, impliquant 96 patients atteints de lupus, diagnostiqués selon les critères de l’American College of Rheumatology (ACR). Les ACPA ont été identifiés par la technique ELISA. L’ACPA était positive chez 14,56% de nos patients, tandis que les auto-anticorps anti-ADN, anti-Sm et facteur rhumatoïde (RF) étaient positifs, respectivement chez 47,09%, 35,41% et 26,04% de nos patients. De plus, la présence d’ACPA avec anti ADN a été retrouvée chez 12,5% des patients. Sur les 14 avec ACPA +, 57,14% souffraient d’arthrite. Nos résultats confirment que les auto-anticorps ACPA ne représentent pas un critère pathognomonique de la PR. Cela rend parfois le diagnostic différentiel avec le lupus difficile, surtout au début de la maladie.


Découverte de Fasciola gigantica génétiquement “pure” en Algérie : caractérisation multimarque d’ADN, introduction transsaharienne d’origine sahélienne et propagation du risque dans les pays du nord-ouest du Maghreb.

La fasciolase est une maladie des helminthes zoonotiques transmise par des escargots d’eau douce causée par deux espèces de trématodes: Fasciola hepatica, de distribution presque mondiale et le F. gigantica, plus pathogène, limité à certaines parties de l’Asie et de la majeure partie de l’Afrique. D’un impact pathologique élevé chez les ruminants, il est à l’origine d’importantes pertes d’élevage. De plus, la fasciolase revêt une grande importance pour la santé publique et fait donc partie des principales maladies tropicales négligées par l’OMS. De plus, il s’agit d’une maladie émergente due aux influences du climat et des changements mondiaux. En Afrique, F. gigantica est distribué sur presque tout le continent sauf dans les pays du nord-ouest du Maghreb, Maroc, Algérieet en Tunisie où seul F. hepatica est présent. La présente étude concerne la caractérisation multimarque de l’ADN de la première découverte de F. gigantica chez le mouton en Algérie par les séquences complètes des gènes rDNA ITS-1 et ITS-2 et mtDNA cox1 et nad1. Les comparaisons de séquences et les analyses de réseaux montrent des identités et des similitudes de séquences suggérant une origine géographique transsaharienne Sud-Nord, avec une introduction depuis le Ghana, à travers les pays sahéliens du Burkina Faso et du Mali en Algérie. Cette voie correspond parfaitement au pastoralisme nomade selon les routes d’interconnexion des transhumances intranationales et transfrontalières des troupeaux traditionnellement suivies dans cette partie occidentale de l’Afrique depuis très longtemps. Le risque de propagation dans les trois pays du nord-ouest du Maghreb est analysé de manière multidisciplinaire, compte tenu principalement de la forte motorisation actuelle du système de transhumance intranational en Algérie , des espèces de vecteurs d’escargots lymnaeid présents dans tout le nord-ouest du Maghreb, de la demande croissante de produits animaux dans les villes en croissance. du nord de l’ Algérieet les rapports continus d’infection humaine. Les mesures de contrôle devraient garantir la mise à disposition et à un prix abordable des médicaments antifasciolides pour les éleveurs dès le début et le long de leurs voies de transhumance, et inclure la diffusion et des règles dans le cadre réglementaire régional concernant la nécessité de traitements en troupeau.


Variation saisonnière des réponses des biomarqueurs dans Cantareus aspersus et propriétés physico-chimiques des sols du nord-est de l’ Algérie .

Cette étude fait partie du programme de biosurveillance des qualités du sol utilisant un escargot terrestre, Cantareus aspersus, comme bioindicateur. La contamination métal-sol de certains sites (Parc National d’El Kala (NPK), El Bouni, Sidi Amar, Nechmaya et Guelma) situés dans le nord-est de l’ Algérieont été déterminés sur deux saisons (hiver et printemps 2015, 2016). La teneur en glutathion (GSH) et l’activité d’acétylcholinestérase (AChE) ont été considérablement réduites chez les escargots prélevés au printemps par rapport à ceux observés en hiver sous le changement du bioclimat. De plus, une différence significative entre les différents sites a été observée, en fonction de la proximité des sources de pollution. La variation significative des niveaux de biomarqueurs est fonction des propriétés physico-chimiques des sols lorsqu’ils sont corrélés positivement avec EC, H et OM, et négativement corrélés avec tous les éléments métalliques.

De plus, Fe et Al 2 O 3sont les plus abondants de tous les sites, et le site le plus pollué a été trouvé comme celui d’El Bouni, suivi de Sidi Amar, Nechmaya et Guelma, car NPK est le site le moins pollué et considéré comme un site de référence. Les biomarqueurs testés sont des paramètres oxydants sensibles chez les escargots exposés à la pollution en corrélation significative avec les propriétés physico-chimiques du sol et le contenu des éléments métalliques dans le sol. En effet, C. aspersus pourrait être utilisé comme espèce sentinelle dans la surveillance sur le terrain des régions climatiques méditerranéennes.


Occurrence de la maladie des taches foliaires causée par Alternaria crassa (Sacc.) Rands sur les mauvaises herbes Jimson et les plantes hôtes potentielles supplémentaires en Algérie .

Un pathogène de la tache foliaire Alternaria sp. a été récupéré à partir de mauvaises herbes jimson, de tomates, de persil et de coriandre récoltées lors d’enquêtes sur les maladies du mildiou sur les solanacées et les apiacées en Algérie . Cette espèce a produit un grand corps conidial générant de longs becs apicaux qui se rétrécissaient progressivement d’une base large à une pointe étroite et des conidiophores courts provenant directement de la surface de la gélose. Cette espèce présentait des caractéristiques morphologiques similaires à celles signalées pour Alternaria crassa. L’identification de sept souches provenant d’hôtes différents a été confirmée par des analyses de séquence au niveau de la glycéraldéhyde-3-phosphate déshydrogénase, de la deuxième plus grande sous-unité d’ARN polymérase et du facteur d’élongation de la traduction des locus 1-alpha. De plus, l’agent pathogène a été évalué sur des plantes de jimson, de coriandre, de persil et de tomate, et ce champignon a pu provoquer des lésions nécrotiques sur toutes les plantes inoculées. A. crassa est signalé pour la première fois en tant que nouvelle espèce d’ Algérie n mycoflore et en tant que nouveau pathogène potentiel pour les hôtes cultivés.


Variabilité intraspécifique insoupçonnée de la production, de la croissance et de la morphologie des toxines du dinoflagellé Alexandrium pacificum Litaker sp. nov (Groupe IV) qui fleurit dans un écosystème marin du sud-ouest de la Méditerranée, baie d’Annaba ( Algérie ).

La plasticité physiologique donne aux espèces de HAB la capacité de répondre aux variations du milieu environnant. Le but de cette étude était d’examiner la variabilité morphologique et physiologique chez Alexandrium pacificum Litaker sp. nov (Groupe IV) (anciennement Alexandrium catenella) qui fleurit dans la baie d’Annaba, en Algérie . Des cultures monoclonales de jusqu’à 30 souches de ce dinoflagellé neurotoxique ont été établies par la germination de kystes au repos uniques à partir des sédiments de surface de cet écosystème marin du sud de la Méditerranée. Le ribotypage a confirmé formellement pour la première fois qu’A. Pacificum se développe dans l’est de l’ Algérien eaux. Les analyses de toxines des souches d’A. Pacificum ont révélé une variabilité intraspécifique substantielle du profil et de la quantité de toxines. Cependant, le profil de toxine de la plupart des souches est caractérisé par la dominance de GTX6 (jusqu’à 96% molaire) qui est la molécule paralytique la moins toxique. Les concentrations de toxines dans les souches isolées variaient largement entre 3,8 et 30,82 fmol de cellule -1 . Nous avons observé une variation importante du taux de croissance des souches étudiées d’A. Pacificum avec des valeurs allant de 0,05 à 0,33 j -1. Le temps de latence des souches étudiées variait considérablement et variait de 4 à 20 jours. La diversité intraspécifique pourrait être une réponse à la pression de sélection qui peut être exercée par différentes conditions environnementales au fil du temps et qui peut être génétiquement et à son tour physiologiquement exprimée. Cette étude souligne, pour la première fois, que les sédiments d’une zone limitée contiennent une importante diversité de kystes d’A. Pacificum qui donnent lors de la germination des populations une plasticité physiologique notable.

Par conséquent, cette population naturelle diversifiée permet une adaptation exceptionnelle aux conditions environnementales spécifiques pour surpasser les microalgues locales et établir des HAB qui pourraient expliquer pourquoi ce dinoflagellé est un succès et une expansion dans le monde entier.
Prévalences et facteu

rs associés à un risque augmenté ou diminué d’exposition à Coxiella burnetii, Chlamydia abortus et Toxoplasma gondii chez la vache laitière ayant avorté en Algérie.

En Algérie , la prévalence des causes d’avortement dans les élevages laitiers (qu’elles soient infectieuses ou non) a été peu étudiée. La présente étude a impliqué une analyse sérologique réalisée entre octobre 2014 et juin 2016 dans le nord de l’ Algérieen utilisant un test immuno-enzymatique sur des échantillons de sang prélevés sur 368 vaches ayant avorté dans 124 exploitations. Elle a été complétée par une enquête pour identifier les facteurs associés à un risque plus ou moins élevé d’exposition à Coxiella burnetii, Chlamydia abortus et Toxoplasma gondii, en utilisant une régression logistique univariée puis une régression logistique multivariée. Les prévalences sérologiques individuelles obtenues étaient de 8,4% (31/368) pour C. burnetii et de 12,2% (45/368) pour C. abortus. Pour T. gondii, la séroprévalence individuelle était de 13,8% (51/368); les facteurs associés à un risque plus élevé d’exposition individuelle étaient le quatrième mois de gestation (odds ratio [OR] = 22,68; intervalle de confiance à 95% [IC]: 1,38-392,97) et le cinquième mois de gestation (OR = 25,51; 95% CI: 1,47-442,11). Tous les autres facteurs identifiés par la régression logistique multivariée étaient associés à un risque d’exposition plus faible.

Ce sont les visites d’inspection en 2015 (OR = 0,0006; IC 95%: 0,000004-0,12) et en 2016 (OR = 0,0005; IC 95%: 0,000002-0,13) et l’insémination artificielle (OR = 0,15; IC 95%: 0,05- 0,44) pour C. burnetii; hiver (OR = 0,39; IC 95%: 0,15-1,00), printemps (OR = 0,45; IC 95%: 0,20-0,97) et insémination artificielle (OR = 0,27; IC 95%: 0,13-0,56) pour C. abortus ; et le nombre de gestations (OR = 0,38; IC à 95%: 0,16-0,92) pour T. gondii. La séroprévalence au niveau du troupeau était de 16,1% (20/124) pour C. burnetii et de 29,8% (37/124) pour C. abortus et T. gondii. Au niveau du troupeau, les facteurs de risque associés à un risque plus élevé d’exposition à C. abortus et T. gondii étaient la pratique du déparasitage (OR = 3,89; IC à 95%: 1,53-9). 89) et le forage de puits individuels comme source d’eau potable (OR = 7,50; IC à 95%: 2,11-26,69). Pour C. burnetii, la visite d’inspection en 2015 (OR = 0,02; IC 95%: 0,0008-0,65) et en 2016 (OR = 0,01; IC 95%: 0,0003-0,36), l’insémination artificielle (OR = 0,21; IC 95%) : 0,06-0,69) et l’éradication des rongeurs (OR = 0,19; IC à 95%: 0,06-0,57) étaient des facteurs qui réduisaient le risque d’exposition.


Incidence des zoonoses humaines à médiation canine et caractéristiques démographiques / couverture vaccinale de la population canine domestique en Algérie .

La lutte contre les zoonoses nécessite une action intégrée One Health des secteurs de la santé humaine et animale. Les objectifs de la présente étude étaient d’estimer l’incidence des zoonoses induites par les chiens chez l’homme et de décrire les caractéristiques démographiques et la couverture vaccinale de la population de chiens domestiques en Algérie . Les résultats montrent que la rage, la leishmaniose et l’échinococcose sont les principales zoonoses en Algérie, avec une moyenne de 20,6 (décès), 8 276 et 455 cas humains par an, respectivement.

Scroll to Top